Rapport sur l’atelier d’Abidjan, 24-27 février 2018

Exposé des motifs

Un atelier sur les archives littéraires et artistiques intitulé ArchivA a été organisé à l’UFR Langues, Littératures et Civilisations de l’université Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire), du 24 au 27 février 2018.La réflexion sur les archives littéraires et artistiques africaines suscite actuellement l’intérêt des universitaires africains, européens et d’autres acteurs culturels et politiques soucieux de la sauvegarde, de la conservation et surtout de la valorisation de ces éléments essentiels du patrimoine culturel. En réalité, l’état des fonds documentaires lorsqu’ils existent ou la situation des manuscrits littéraires dans les pays africains et particulièrement ceux de la sous-région est singulièrement préoccupant. Il faut donc réfléchir à la prise en charge urgente de ces manuscrits africains en péril, à la fois pour des raisons symboliques évidentes mais aussi pour des besoins de la recherche et de l’analyse littéraire et surtout, dans un espace de droit clairement identifiable. Un tel projet ne peut être réalisé sans réfléchir conjointement à des conditionnalités juridiques fortes capables de protéger le patrimoine africain de certaines velléités d’expatriation. L’enjeu de ce projet est donc pluridimensionnel : culturel, scientifique, politique et éthique.

L’atelier d’Abidjan a réuni une vingtaine de participants[1]. Il s’agit de chercheurs experts européens venus de la France (Institut des Textes et Manuscrits modernes, ITEM-CNRS, Paris), d’Allemagne (Université de Stuttgart) et de la Grande Bretagne (Université de Cambridge), de chercheurs associés à l’ITEM et enseignants-chercheurs en Côte d’Ivoire, ainsi qu’une douzaine d’enseignants-chercheurs et huit doctorants des universités Félix Houphouët-Boigny et Alassane Ouattara.

Journée introductive

Ouvert le samedi 24 février 2018, à la salle de conférences des 3 UFR de l’Université Félix Houphouët-Boigny, le premier jour d’Archiva a débuté par la présentation des participants suivie de l’exposé des objectifs de l’atelier par Dr. Jean-Francis EKOUNGOUN, maître de conférences. Dans son adresse de bienvenue, le Doyen de l’UFR LLC, Prof. Adama COULIBALY a d’abord salué la tenue de cet atelier qui témoigne, selon lui, de la volonté de la communauté universitaire à rendre vivants et intelligibles les aspects du patrimoine culturel africain par le défi de la constitution d’une mémoire collective nationale. L’objectif de cet atelier est donc de mobiliser toutes les techniques et connaissances en matière de prise en charge des archives littéraires et artistiques, surtout de mettre en place une équipe de recherche sur le fonds Zadi Zaourou (1938-2012). Prof. Adama COULIBALY a également remercié le gouvernement ivoirien qui a accepté d’accompagner l’organisation de cet atelier par le truchement des ministères de la Culture et de la francophonie ainsi que celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Par la suite, Dr. Jean-Francis EKOUNGOUN a fait le bilan succinct du premier atelier Zadi ZAOUROU organisé le 14 juin 2017 au sein du GRTO (Groupe de Recherche sur la Tradition Orale). Il a surtout insisté sur l’état de conservation du fonds ZADI qui attend d’être pris en charge par un programme de recherche rigoureux.

La matinée du samedi a été meublée par diverses communications et des échanges forts enrichissants.

Communication d’Aurore Desgranges : Les archives littéraires et artistiques au Burkina Faso : enjeux scientifiques et institutionnels.

Cette communication avait pour ambition de proposer quelques éléments de réflexion sur les enjeux scientifiques et institutionnels de la constitution d’archives littéraires et artistiques au Burkina Faso. Il s’agissait tout d’abord de présenter le cadre institutionnel et scientifique dans lequel pourrait s’insérer une cellule de recherche sur les archives littéraires et artistiques à l’Université de Ouagadougou. A été ensuite exposé, de manière détaillée, un des futurs axes de recherche de cette cellule : la mémoire des arts vivants en Afrique. Après avoir esquissé ce cadre théorique, ont été présentés les premiers résultats de la recherche menée avec Annette Bühler-Dietrich sur le fonds Jean-Pierre Guingané.

L’intervention de Claire Riffard a porté sur la présentation de l’équipe « Manuscrits francophones » de l’ITEM et surtout sur la méthodologie de prise en charge des archives littéraires développée dans ce centre de recherche français.

L’après-midi a été marqué par la présentation des projets de recherche des doctorants ivoiriens en génétique des textes littéraires. Ils ont décliné les axes majeurs de leurs travaux ainsi que les difficultés de financement et de documentation auxquelles ils sont confrontés.

BOUSSOU Rémi travaille sur la « Politique de la sauvegarde et de la valorisation des manuscrits de la littérature ivoirienne ». Pour lui, l’œuvre littéraire, en tant produit et au nom de son « industrialité », est artificiel et, donc, n’a pas la prétention de détenir le souffle ontologique de l’inspiration de l’auteur. Seuls les manuscrits respirent l’odeur brute, religieuse, intellectuelle et culturelle du texte. Sa réflexion propose de poser les jalons de l’institutionnalisation de la conservation des manuscrits des auteurs ivoiriens avec, à la clé, la création d’un institut national dédié aux manuscrits des écrivains ivoiriens et autres objets liés à la création artistique.

GROYOU Arnaud Fabrice a tenté d’orienter ses recherches sur le fonds Amadou Hampâté Bâ. Mais, confronté aux problèmes d’accès aux archives de l’illustre traditionnaliste malien, il décide, sur avis de ses encadreurs, d’explorer l’univers de l’inabouti dans la création romanesque d’Ahmadou Kourouma à la lumière des archives de l’auteur.

L’étude de SANA Sekongo articule genèse et anthropologie des textes littéraires. Il questionne l’exploitation littéraire des rites culturels et des pratiques cultuelles tels que le « Djinlinlin » du poète Toh Bi Emmanuel, le « Dosomana » d’Ahmadou Kourouma et le « Didiga » de Zadi Zaourou. Sana propose de reconstituer la genèse de ces productions au prisme des imaginaires anthropologiques qui ont présidé à leur création.

Enfin, le travail de GNAMIEN Koffi Michel porte sur la génétique du Fils-de-la-femme mâle : Réécritures, pouvoir et résurgence mythique à l’œuvre chez Maurice Bandaman. L’étude vise à démontrer qu’à partir de l’usage de certains mythes et de leurs fonctionnements, Maurice Bandaman donne son point de vue sur la gestion du pouvoir politique en Afrique. La dynamique de l’avant-texte et celle du texte, dont témoignent diverses opérations de réécriture, offrent une saisie directe de la réflexion de l’écrivain in statu nascendi.

Cette première journée s’est achevée par la présentation officielle de l’ouvrage Les Soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma. Une longue genèse, Corcoran, Delas et Ekoungoun (dir.), Paris, CNRS Éditions, 2017, suivie d’une vente-dédicace.

Dimanche 25/02, visite du GRTO

Le 25 février, l’équipe a procédé à une visite au Groupe de Recherche sur les Tradition Orale (GRTO, Université Félix Houphouët-Boigny) pour prendre la mesure du fonds Zadi Zaourou, en prélude à l’atelier Zadi qui s’y tiendrait le mardi.

Lundi 26/02, atelier de réflexion, axes de recherche

Le 26 février a été consacré à un atelier de réflexion sur le thème : « Relations avec les ayants-droits. Penser une conservation pérenne sur le territoire africain ». Les participants se sont répartis en deux groupes. Ils ont notamment débattu sur « l’état des lieux de la conservation des archives littéraires africaines », « la relation avec les ayants droits », « l’implication des décideurs politiques dans la démarche conservation/valorisation », « la mémoire des arts vivants », enfin la question des « archives non auctoriales ».

État des lieux actuel des archives littéraires et artistiques africaines

La synthèse des échanges a mis en évidence de réelles difficultés dans l’accès aux archives littéraires en Afrique subsaharienne, du fait d’une absence drastique d’institutions de conservation. Les quelques fonds d’archives artistiques répertoriés (notamment ceux de Memel Foté, Zadi Zaourou ou Werewere Liking) ne sont pas, pour l’heure, conservés dans des conditions adaptées même si, en Côte d’Ivoire, le cas de la Fondation Hampâté Bâ est un exemple à encourager. Cet état des lieux contraste avec le nombre croissant en Europe de bibliothèques et de centres spécialisés dans la conservation des archives littéraires, comme l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (IMEC). Le groupe suggère cependant de s’appuyer fortement sur les institutions locales existantes, par exemple l’Association des écrivains de Côte d’Ivoire (même si tous les écrivains n’y émargent pas). La mise au point d’une liste des fonds d’archives littéraires ivoiriens est envisagée, qui pourrait être valorisée ensuite sur le site ArchivA (consultation en ligne d’inventaires littéraires africains) conçu par l’ITEM. À cela, s’ajoute la question épineuse de la relation avec les ayants droit qui ne sont pas souvent réceptifs à la démarche des chercheurs.

Aspects culturels, anthropologiques, psychologiques de la relation aux ayants droit

Les manuscrits d’un écrivain revêtent pour lui un caractère intime, qui prend une dimension supplémentaire d’héritage, parfois révéré, parfois encombrant ou lourd à porter pour ses descendants. Les considérations sentimentales et psychologiques peuvent être accompagnées d’enjeux culturels, économiques ou politiques. Il semble que la prise en compte de ces enjeux et l’accès aux archives nécessitent, de la part du chercheur, une forme d’« initiation » qui rappelle l’initiation requise de celui qui cherche à percer les secrets de la tradition orale. Une initiation qui comprendrait au premier chef une connaissance approfondie de l’œuvre et une mise à l’épreuve de ses capacités à valoriser l’archive. Il s’agirait également pour lui de proposer aux ayants droit une sensibilisation aux enjeux de conservation/valorisation des objets patrimoniaux. Pour ce faire, le politique devra mettre en place un encadrement juridique pour penser, par exemple, un dédommagement financier pour les ayants droit.

Mémoire des arts vivants et archives non-auctoriales

Le second pôle de réflexion axé sur la question de « la mémoire des arts vivants » et celle « des archives non auctoriales » a pu noter que deux types de théâtre se sont développés en Côte d’Ivoire : le théâtre universitaire et le théâtre populaire. Considérant l’état de la recherche sur l’histoire du théâtre en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso relativement parcellaire, un travail sur les archives permettrait de redonner de la perspective critique aux études. Il s’agirait de :

  • Saisir l’œuvre de certaines figures emblématiques des arts vivants de la sous-région dans le cadre d’un réseau d’interconnaissance et d’affinités artistiques.
  • Proposer un cadre de recherche attentif à l’interactivité des processus de création.
  • Inscrire ces études monographiques dans le cadre d’une réflexion historiographique plus large.
  • Mener une collecte de données susceptible de constituer une mémoire incarnée par les lieux institutionnels des arts vivants, les lieux informels, la radio, les maisons d’éditions, journaux, les témoins vivants de la période.
  • Interroger les traces dans les archives des conditions socio-historiques de production et d’énonciation des œuvres.

La musique occupe également une place de choix dans le milieu culturel ivoirien. Pour une constitution plus systématique des archives des chansons non auctoriales appartenant au répertoire musical populaire, il urge de procéder à la collecte de témoignages pour formuler une interrogation fondamentale sur les conditions de production ou sur les situations d’énonciation de certains chants tombés depuis lors dans le domaine public.

Mardi 27/02, atelier pratique au GRTO

La journée du mardi 27 février a constitué en un atelier pratique au GRTO, centre dédié à la recherche en traditions orales dont le professeur Zadi Zaourou fut l’un des fondateurs. Par ailleurs, son fonds documentaire y est conservé.

Les différentes étapes de l’atelier ont été les suivantes :

  • Mise au point sur le pré-archivage des archives Zadi déjà effectué
  • Versement symbolique de documents d’archives au fonds Zadi par Henri N’KOUMO
  • Méthodologie de dépouillement et d’inventaire
  • Pratique d’inventaire/ numérisation / conditionnement
  • Synthèse des travaux et perspectives
  • Remise des attestations de participation

Mise au point sur le pré-archivage de l’archive Zadi

  1. YAKÉ archiviste à la CIE (Compagnie Ivoirienne d’Electricité) a expliqué comment et dans quelles conditions les archives du Maître, ZADI Zaourou, ont bénéficié d’une première prise en charge. En effet, à sa mort, les archives n’étaient pas conditionnées ni n’avaient pu bénéficier d’un classement standardisé. Face au risque de détérioration des documents, M. Eugène Zadi (frère cadet de Zadi et par ailleurs cadre à la CIE, service archivage) a mandaté une équipe d’archivistes de la CIE pour une prise en charge d’urgence. Ces archivistes ont effectué un pré-archivage. À l’aide d’un plan de classement (outil de prise en charge), ils ont pu inventorier la masse de documents, avant de les conditionner dans des boîtes d’archivage. Le plan de classement présente, entre autres, les catégories suivantes : – DOSSIER UNIVERSITAIRE, DOSSIER PERSONNEL… A l’intérieur de ces grandes catégories, le classement propose des sous-dossiers. Par ailleurs, M. YAKÉ a fait remarquer que la plupart des documents endommagés ont pu être restaurés. Les archives de Zadi sont aussi constituées de tableaux et de statuettes.

Versement symbolique de documents au fonds Zadi par HENRI N’KOUMO

Pour la constitution d’un fonds Zadi, il est nécessaire que, dans la mesure du possible, toutes ses archives (autographes/allographes) soient conservées au même endroit. Dans cette perspective, le Directeur de la promotion du livre, Henri N’Koumo, par ailleurs ancien élève de Zadi, a rejoint l’équipe en procédant au versement de quelques documents anciens du Maître Zadi qu’il avait conservés dans le cadre d’un projet éditorial.

Méthodologie de dépouillement et d’inventaire

Avant de passer à la pratique du dépouillement et de l’inventaire, les membres de l’Atelier ont été instruits sur les normes méthodologiques en vigueur à l’ITEM. Claire Riffard a animé ce volet en présentant les différentes étapes qui précèdent l’inventaire proprement dit. Entre autres dispositions, il faut :

  • Partir de l’existant, c’est-à-dire garder une trace de l’état de conservation des documents avant leur prise en charge notamment par photographie ;
  • Ne pas déranger l’ordre de rangement des documents en les sortant des boîtes d’archives ;
  • Décontaminer les documents si besoin est
  • L’inventaire doit être détaillé.

Pratique d’inventaire/ numérisation /conditionnement

La deuxième moitié de la matinée a été essentiellement consacrée à la pratique d’inventaire. Claire Riffard a d’abord rappelé les termes techniques de l’inventaire dans la perspective génétique. Elle a ensuite présenté un exemple d’inventaire conçu comme une base de données en format Excel, avec ses différents champs à remplir. Trois équipes ont été constituées pour une initiation à la pratique de l’inventaire. Ces équipes ont pu mettre en pratique ces acquis méthodologiques en initiant chacune l’inventaire d’une boîte d’archives.

Une boîte de conditionnement en carton au PH neutre a été symboliquement remise par l’ITEM au GRTO.

Une rapide démonstration de numérisation de document manuscrit a été proposée aux participants, avec un scanner portable ordinaire.

Synthèse des travaux et perspectives

L’après-midi a été consacré à des échanges sur les acquis des trois jours d’atelier. Au regard de la pertinence des interventions qui ont insisté sur l’urgence de la conservation et de valorisation des archives de Zadi Zaourou et surtout sur la nécessité de prolonger la réflexion sur la conservation et la valorisation des archives littéraires africaines, les participants de l’atelier ont convenu de vite passer à l’action. Les perspectives générales suivantes ont ainsi été évoquées, débattues et arrêtées :

  • Création d’une équipe Zadi qui réunira aussi bien les membres de l’Atelier que ceux du CRELIS (Responsable : Dr. Prof. TRAORE Dominique, maître de conférences)
  • Organisation d’une journée d’étude internationale et/ou d’un colloque international sur les archives littéraires et artistiques africaines assortie de la publication des Actes du colloque (Responsable : Dr. Adom Marie-Clémence, maître de conférences)
  • Valoriser les acquis de l’atelier en publiant le rapport sur des blogs (responsables : Claire Riffard et Oliver Coates)
  • Associer les Instituts français et Goethe, dans le cadre de la visibilité des acquis des recherches en cours, en leur proposant un chronogramme d’activités (Responsable : Dr.Annette Bühler-Dietrich, maître de conférences)
  • Mutualiser les expériences dans les recherches (les doctorants)

Remise des attestations de participation

Les principaux organisateurs de l’Atelier Archiva 2018, le doyen de l’UFR LLC, Prof. Adama COULIBALY et Dr. Jean-Francis EKOUNGOUN ont remercié l’ensemble des participants et surtout salué les acquis de l’Atelier. Une cérémonie de remise des Attestations de participation à l’ensemble des participants a marqué la fin de cette activité de haute portée scientifique, culturelle et patrimoniale.

Jean-Francis EKOUNGOUN, Adama COULIBALY, Claire RIFFARD, Annette BÜLHER-DIETRICH, ADOM Marie-Clémence, Olivier COATES, TRAORE Dominique, N’GUETTIA Kouadio, ASSI DIANE Véronique, BOUSSOU Rémi, SECONGO Sana, Aurore DESGRANGES, ANOH Brou Didier, GROYOU Arnaud Fabrice, Dah SIE, LALLIE ABESSY Jean Michel, OUATTARA Maframa, GNAMIEN KOFFI Michel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.